Le cacao : “La nourriture des Dieux …

Le cacao : "La nourriture des Dieux..."

Ce nom mélodieux - en latin «theobroma cacao» - fut donné au cacaoyer par Carl von Linné, un naturaliste suédois, en 1753.

Mais le terme «Cacoa», dénomination de la graine du fruit de cacao ou fève de cacao, remonte à bien plus loin, jusqu'aux Olmèques. Cette civilisation évoluée d'Amérique centrale, habitait il y a plus que 3 000 ans le Mexique, où le climat humide et chaud était idéal pour le développement du sensible cacaoyer.

Quelques siècles plus tard, après la disparition des Olmèques, les Mayas, qui s'installèrent au sud du Mexique, inventèrent une boisson amère et bien épicée, préparée avec des fèves de cacao. Ce breuvage fut apportée en sacrifice et bu uniquement lors de saints rituels par les prêtres, les rois et les nobles.

Mais l’empire Maya connut à son tour une fin mystérieuse et vers l'an 900 après J.C., les Toltèques et les Aztèques prirent la relève. Ceux-ci adoptèrent la tradition de la boisson sacrée qu'ils appelèrent "Xocoatl" (xoco = épicé; atl = eau). Le breuvage rituel représentait pour les Aztèques une source divine de sagesse et d'énergie, et était également considéré comme un aphrodisiaque puissant et un baume apaisant. La précieuse fève de cacao devint rapidement une monnaie d’échange et servait aussi de sacrifice pour les Dieux.

Christophe Colomb fut le premier européen qui entra en contact avec le cacao. En 1502, lors de son quatrième voyage, il dégusta cette boisson étrange et ne la trouva pas du tout à son goût : trop amère, trop épicée. C’est seulement quelques années plus tard, en 1528, que l’or brun ainsi que la recette de cette boisson exotique furent ramenés en Espagne par le conquistador espagnol Hernado Cortez. 

Pour la rendre plus digeste, les Espagnols ajoutèrent à cette nouvelle boisson revigorante qu'ils appelèrent "chocolate", du sucre, de la vanille, de la fleur d’oranger ainsi que d'autres ingrédients. Elle se transforma bientôt en une douceur à la mode, qui fut consommée avec enthousiasme pendant près d’un siècle à la cour espagnole.

C'est en 1615, lors du mariage de la princesse espagnole Anne d’Autriche (fille de Philippe II) et du roi Louis XIII, que cette boisson fut dégustée pour la première fois en France pour être ensuite introduite dans la société la plus noble d'Europe au travers des cours royales.

Jusqu'à l'ère de la révolution industrielle, la consommation de chocolat, toujours sous forme de boisson chaude, fut réservée aux classes les plus aisées.

Puis vint le temps des pionniers du chocolat qui, en Italie, en Belgique, en Allemagne, en Hollande et naturellement aussi en Suisse, qui transformèrent leur rêve en réalité ! C'est leur capacité à innover et à imaginer de nouvelles recettes qui permit de transformer cette délicieuse boisson en chocolat solide, accessible à tout le monde.

En définitive, beaucoup de personnes ont contribué à l'enrichissement et au développement de l'histoire du chocolat. Toutefois, l'innovation la plus révolutionnaire fut certainement le procédé de conchage que le Chocolatier Suisse Rodolphe Lindt inventa en 1879. Grâce à cette technique, la pâte de chocolat qui jusque-là, était rugueuse, sableuse et quelque peu amère, commença à fondre dans la bouche des amoureux du chocolat dans le monde entier et fut élevée au rang de plaisir ultime.